Risque de trichinellose Finistère. Précautions

Publié le par CAP 21 santé

Ministère de la Santé et des Solidarités Ministère de l'agriculture et de la pêche Direction Générale de la Santé Direction générale de l’alimentationParis, le 18/01/2007 COMMUNIQUE DE PRESSE Cas de Trichinella en élevage porcin

Recommandations aux consommateurs : La direction générale de l'alimentation et la direction générale de la santé ont été informées de la détection, confirmée par l'Agence française de sécurité sanitaire des aliments (AFSSA), de larvesde trichine pouvant provenir d'un ou plusieurs animaux d’un lot de 400 porcs abattus le 8 janvier 2007, originaire de 5 élevages du Finistère. Il s'agit du premier cas identifié en France dans un élevage de porcs « hors sol ». Une enquête est en cours par les services vétérinaires dans les élevages concernés pour déterminer l'origine de la contamination. Une partie de la viande de porc a été commercialisée à partir du 9 janvier dernier, une autre est d’ores et déjà consignée dans l’abattoir par les services vétérinaires. L’enquête de traçabilité est en cours et les produits sont retirés du marché par les professionnels au fur et à mesure de ses résultats. Les consommateurs seront informés localement, notamment par le biais d’affichettes apposées sur les lieux de vente. Le parasite Trichinella peut provoquer chez l’homme la trichinellose, maladie transmise par la consommation de viande, de porc dans le cas présent, insuffisamment cuite, et qui se manifeste par des signes digestifs (vomissements, diarrhée,…) suivis, dans les huit à quinze jours, d’une fièvre parfois élevée, accompagnée de douleurs musculaires. Un oedème du visage est souvent observé et des complications neurologiques ou cardiaques potentiellement graves peuvent survenir en l’absence de traitement adapté. La mesure indispensable garantissant la prévention de cette maladie est la cuisson à coeur (non rosée) de la viande de porc et des produits dérivés à cuire (chair à saucisse, saucisses à cuire, lardons, etc..).  Les viandes de porc achetées surgelées, les charcuteries cuites telles que jambon blanc, rillettes, pâté, saucisson à l’ail, en raison des procédés de fabrication qui détruisent le parasite, neprésentent pas de risque. Les personnes qui auraient consommé depuis le 9 janvier dernier de la viande de porc ou ces produits dérivés à cuire, sans cuisson à coeur, et qui présenteraient les symptômes ci-dessus décrits doivent consulter un médecin sans délai.

Sites internet à consulter : Site Ministère de l’agriculture : www.agriculture.gouv.fr Site Ministère de la santé et des solidarités : www.sante.gouv.fr Site Institut de Veille sanitaire : www.invs.sante.fr

Site Centre national de référence Trichinelloses : http://monsite.wanadoo.fr/cnrdestrichinella/

Site Agence de sécurité sanitaire des aliments : http://www.afssa.fr

 

 

 

 

 

Publié dans cap21sante

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
P
on peut préciser que les élevages hors sols sont les élevages intensifs où le porc est maltraité.
Répondre
T
Bonjour !La première mesure...est à mon avis d'aller acheter son porc chez le fermier du coin, son porc sera aussi passé par l'abbatoir mais le client voit dans quel type d'exploitation le porc est élevé.Par la suite il pourra toujours émettre l'encouragement à sonfermier à faire de l'élevage sur paille, mais l'inducteur principal est l'absence de mélange de viande ainsi que la taille réduite de l'exploitation.Si l'on demande ou exige du parfait tout en continuant d'acheter de la merde, on n'arrivera pas à sortir de notre crise. Cesser de manger de la viande ne règle pas le problème, et le label bio n'est absolument pas une garantie de qualité pour tous ces sujets sachez-le !Je crois franchement qu'au lieu de demander un monde parfaitement aspetisé, au lieu de toujours tout exiger, le consommateur citoyen peut aussi AGIR.Et n'oubliez pas ce qu'à dit COluche : il suffit que l'on en achète plus pour que ça (ici la viande de porc de masse) ne se vende plus !!!Théo.
Répondre